Histoire de Paris

D’abord nommée la cité de « Lutèce » puis Paris en référence au peuple Gaulois des « Parisii » , la cité devient progressivement une véritable ville qui se développe autour d’un axe central : la Seine.
L’île de la Cité devient alors le cœur de Paris, pour des raisons défensives et commerciales, car la création de ponts permet l’accès facile d’une rive de la Seine à l’autre et donc un lieu d’échange de marchandises venues du Sud.
Conquise par Rome, en 52 av JC, les Parisiens, christianisés, se romanisent et la ville devient un véritable axe commercial pour l’Empire. De nombreuse vestiges de la ville appartenant désormais à l’empire restent encore présents dans la ville : les thermes dits aujourd’hui de Cluny et les arènes de Lutèce remises à jour au 19ème sont des incontournables de cette époque.
Après d’hostiles invasions par des peuples venus de l’Est, la fragilité de l’Empire Romain, puis sa chute en 476 après JC contraindra la ville à établir son propre système de défense, sous l’autorité de son Evêque.
Si Clovis fit de Paris la capitale du royaume des Francs, la ville fut délaissée par les derniers rois Mérovingiens et déclina sous la dynastie des Carolingiens, Charlemagne ayant établi Aix-la-Chapelle comme capitale.
Les invasions Normandes ravagèrent alors la ville qui subit environ un siècle de domination Viking pour passer sous la dynastie Capétienne en 861.
Sous le règne d’Hugues Capet, intronisé roi de France en 987, et sous la dynastie Capétienne ensuite, Paris d’abord capitale d’un tout petit royaume s’imposera comme ville majeure face aux autres grands seigneurs pour entrer dans le Moyen Âge.

Moyen-Age

Paris se verra portée au 11ème siècle par la dynastie Capétienne, dont les Rois de France issus sont intimement liés à ville car originaires de région proche.
Les Rois Capétiens, notamment Philippe Auguste ont vite compris que les avantages et les possibilités de développement de la ville pourront leur servir à regagner leur pouvoir d’influence perdue dans le royaume et initier la construction d’un Etat moderne. La ville se dote alors de nouvelles infrastructures administratives, institutionnelles, militaires, judiciaires, universitaires.
La ville alors entame des travaux de fortification et se démarque alors de la campagne comme en témoigne la muraille qui l’entoure et la forteresse du Louvre.
La ville médiévale est divisée en deux : la rive droite dédiés aux commerçants (les Halles), et au pouvoir politique et religieux (Palais de Justice et l’hôpital de l’Hôtel-dieu), et la rive gauche universitaire et intellectuelle.
Forte de 80 000 habitants, Paris est au 13è siècle la plus grande ville de l’Europe chrétienne qui sera au siècle suivant éprouvée par la famine et la peste.
C’est dans une France exsangue et encore divisée qu’elle rentre dans la guerre de Cent Ans avec l’Angleterre, la ville renouera avec la paix et la prospérité au milieu du 15ème siècle dans un royaume à nouveau unifié.

Le 16ème siècle, la Renaissance Italienne clos la période du Moyen Âge et voit l’avènement de la science, de l’art et des grandes découvertes.
Les idées et connaissances se transportent d’un pays à l’autre et même maintenant au-delà des mers et des océans.
C’est dans cette effervescence que Paris continue de prendre son essor et devient un lieu décisionnel à l’échelle de la France.
Le roi François 1er (roi de 1515 à 1547) imprégné de ses voyages en Italie, repense l’architecture et l’urbanisme de Paris, et insuffle à la ville un vent de connaissances, favorisant l’impulsion d’une nouvelle vie intellectuelle, comme en témoigne la construction de la Sorbonne.
Au début du 17ème siècle, une véritable fièvre de construction s’empare de la ville et la ville se pare de constructions d’une grande qualité : Musée du Louvre Paris, Le Jardin des Tuileries Paris, Le Jardin des plantes de Paris, Le Jardin du Luxembourg Paris, et du Palais-Royal, le quartier du Marais avec ses nombreux Hôtels particulier, la place des Vosges et la place Dauphine.
Paradoxalement, sous le règne de Louis XIV (1643-1715), les constructions dans la ville ralentissent, le Roi décide de construire un immense château à Versailles juste en dehors de Paris, le Château de Versailles où siégera le pouvoir.
Forte de 500,000 habitants, Paris continuera de s’embellir et demeura le centre de la vie intellectuelle et culturelle, tandis que la distance éloignera irrémédiablement la cour de Versailles du Paris populaire.

Après la Révolution

Passé les périodes troubles de la Révolution Française et la fin de la monarchie absolue, Paris qui fût le théâtre d’évènements majeur, reprenait sa place de Capital de la France.
A la fin des guerres Napoléoniennes et le retour des Bourbons, Paris se renoua avec la croissance démographique.
Avec environ 1 million d’habitants au milieu du siècle, mais la structure de la ville est restée cependant moyenâgeuse et par conséquence surpeuplée, insalubre et en proie aux épidémies.
C’est sous le second Empire et sous l’impulsion de Napoléon III, que seront réalisés les grands travaux qui feront rentrer Paris dans une ère de modernité.
La ville se dote alors de nouvelles infrastructures, l’urbanisme est totalement repensé afin d’améliorer la vie des habitants : réseau d’eau potable, d’égouts depuis les deux grands bois de Boulogne et de Vincennes jusqu’aux petits squares aérant chaque quartier en passant par les parcs des Buttes-Chaumont et de Montsouris. Le nom du Baron Haussmann deviendra alors l’emblème du renouveau de ville de Paris.
La fin de l’Empire et l’avènement de la République préfigurent l’entrée de la ville dans le 20ème siècle : la ville célèbre les sciences et la modernité notamment lors de l’exposition universelle de 1889.