Paradis Latin

Le Cabaret Paradis Latin est l’une des salles de concert les plus célèbres de Paris. C’est un cabaret parisien typique et original, qui a déjà conquis beaucoup de monde.

1802. Bonaparte, alors Premier Consul, prend la décision de faire bâtir un théâtre rue des Fossés Saint-Victor.
Le Théâtre Latin est inauguré en 1803.

Le Cabaret Paradis Latin est un véritable héritage de Paris. Il a vu le jour en 1802, lorsque l’empereur Napoléon Bonaparte a fait construire le Théâtre Latina. Quelques années plus tard, le théâtre est devenu l’un des lieux les plus en vogue de la vie nocturne et des intellectuels parisiens. Dans la période suivante, vers 1830, elle attire une clientèle très hétérogène d’intellectuels bourgeois, d’étudiants, d’ouvriers, de commerçants et d’aristocrates. De plus, au rez-de-chaussée du théâtre, il a accueilli une salle littéraire qui a attiré de grands écrivains tels qu’Alexandre Dumas et Victor Hugo. Après 1830 il devient un des hauts lieux de la vie parisienne. C’est un établissement à la mode, fréquenté par une clientèle hétéroclite où se côtoient artistes de tout genre, bourgeois, intellectuels, étudiants, ouvriers, commerçants et aristocrates ne dédaignant pas de s’encanailler. C’est l’univers des “Illusions perdues” d’Honoré de Balzac.

En 1870, le Cabaret Paradis Latin a été détruit, le fait s’est produit pendant la guerre franco-prussienne. 17 ans plus tard, lors de la préparation de l’Exposition universelle de 1889, le théâtre connaît une nouvelle vie. Grâce au talent de Gustave Eiffel (oui, celui-là même qui a construit et baptisé la Tour Eiffel) qui a reconstruit le Cabaret Paradis Latin en même temps que la Tour Eiffel était en construction. En 1889, le nouveau théâtre a été inauguré, et il a été nommé Paradis Latin.

L’histoire du divertissement à Paris est devenue forte avec l’essor de Montmartre à la Belle Époque, lorsque le CanCan et le strip-tease sont devenus un “fléau” dans les cabarets de la rive droite de Paris. Malheureusement, son succès n’a pas été suffisant et il a fini par fermer les portes. En 1973, l’immeuble a été vendu, avec l’intention de le rénover pour le transformer en appartements. Heureusement pour nous, les plans ont été modifiés dès qu’ils ont découvert les trésors cachés dans les ruines.

1973-1976. Restauration de la salle en suivant les plans d’Eiffel. 720 places. 
1977. La direction artistique, la réalisation et l’animation artistique sont confiées à Jean-Marie Rivière. Le 14 novembre 1977, il présente ” Paris Paradis “,un spectacle poétique et burlesque réalisé avec ses complices Pierre Simonini et Frédéric Botton.

Imaginez la surprise quand ils ont découvert des traces du précédent cabaret, comme l’incomparable structure architecturale d’Eiffel, le magnifique dôme peint, de vieilles affiches, entre autres. Que pouvait faire d’autre le nouveau propriétaire, Jean Kriegel, si ce n’est redonner à cette structure historique sa gloire d’origine ? Le premier spectacle de la réouverture du Paradis latin a eu lieu le 14 novembre 1977. Et depuis lors, elle n’a jamais cessé.

Inspiratrices des revues à la mode, la fête et la joie se déploient tout au long du spectacle. Véritable feu d’artifice de ballets, la revue est marquée de l’esprit français. On profite d’autant mieux du spectacle qu’il n’y en a qu’un seul par soir. Puisque pupilles et papilles sont soignées avec le même égard, optez pour le dîner-spectacle se révèle un excellent choix. Les amateurs de bulles peuvent néanmoins réserver une « revue-champagne » et passer ainsi une soirée pétillante !  
Avec sa nouvelle création « Paradis à la Folie », le paradis Latin se transforme en un jardin magique où danseuses et danseurs vous entraînent dans une farandole de tableaux pleins de surprises, de gaîté, de manèges enchantés, de bals masqués et de comédies musicales à grand spectacle.

Adresse
28 rue du Cardinal-Lemoine 75005 Paris

Accès
Bus : 47, 86, 87, 89
Métro : Ligne 10 – Cardinal Lemoine

Contact
www.paradis-latin.com
+ 33 (0) 1 43 25 28 28