La Conciergerie

Du château royal à la prison, la Conciergerie a été le théâtre de certains des moments les plus importants de l’histoire de France. Le bâtiment a connu la monarchie, a survécu à la Révolution française et sert aujourd’hui de musée important. Le visiter, c’est marcher sur un livre d’histoire vivant et naviguer à travers les événements du passé. Pour ceux qui aiment l’histoire, c’est une promenade qui en vaut la peine. La visite peut être divisée en deux parties : les salles médiévales et les salles révolutionnaires.

Chambres médiévales

Les salles basses sont le seul vestige conservé du Palais de la Vieille Cité. À l’époque du Palais, ces salles étaient réservées à la garde royale et aux autres sujets qui travaillaient pour la famille royale. Parmi les points forts, citons les Chambres des gens d’armes, un bel exemple d’architecture civile gothique. Dans la pièce, il reste quelques traces de son ancienne apparence.

Chambres révolutionnaires

Les salles révolutionnaires ont été occupées et transformées en prison pendant la Révolution française. Dans ces chambres, le climat est un peu lourd et vous quitterez probablement l’endroit avec un peu de mal au ventre. Malgré tout, la visite est intéressante et constitue une excellente occasion d’en apprendre davantage sur l’histoire de France.

La visite commence dans le couloir principal, où circulent les prisonniers, et peu à peu les différents types de cachots apparaissent. En fonction du niveau hiérarchique ou du crime commis, les personnes se voyaient attribuer des cellules différentes. Pour illustrer l’expérience, des objets et des panneaux explicatifs racontent les 5 siècles d’histoire des prisons et quelques prisonniers “célèbres”.

A voir :

  • Chapelle du Girondino : ancien oratoire médiéval où les 21 députés du Girondino ont célébré leur dernière fête avant d’être exécutés en octobre 1793 ;
  • Chapelle d’Antoinette : construite en 1815 à l’endroit exact où la reine a été emprisonnée ;
  • La cellule de Marie-Antoinette : reconstruite sur une partie de ce qui était le véritable donjon de la Reine, qui était gardé 24 heures sur 24 par deux gardiens différents ;

Les personnes intéressées par la lecture et l’apprentissage des faits devraient prendre environ une heure et demie pour visiter toutes les salles. Pour ceux qui veulent juste “passer l’œil”, faites-le en une demi-heure sans bruit.

Histoire de la conciergerie

Au VIe siècle, Clovis, le premier roi de France, établit sa résidence en Ille-de-la-Cité. Six siècles plus tard, le roi Huges Capet a fait venir le conseil et son palais du gouvernement au Palais de la Cité – dont il ne reste que la Conciergerie et la Sainte Chapelle – et l’Ille-de-la-Cité est devenue le symbole de la monarchie et de la noblesse françaises. Au XIVe siècle, le palais subit une autre réforme majeure et devient également le siège du parlement parisien.

À la fin du XIVe siècle, Charles Quint transfère la résidence royale à l’Hôtel de Saint-Pol – qui sera bientôt détruit – et après l’assassinat des conseillers de son père, il confie l’administration du palais à un Concierge, avec des pouvoirs judiciaires pour administrer le palais et la prison. De là est venu le nom de “Conciergerie”.

Peu après, le tribunal révolutionnaire (fondé en 1793) transforme le palais en son siège et renforce, une fois pour toutes, son utilisation comme prison. Le tribunal révolutionnaire s’est installé dans la Grande Salle et a créé un programme basé sur la vertu et la terreur. La loi sur les suspects ordonne l’arrestation immédiate de toutes les personnes qui s’opposent à la révolution, qu’elles soient suspectées ou déclarées suspectes. Cette année-là, plus de 2000 personnes ont comparu devant la cour, dont la reine Marie-Antoinette et Robespierre.

Avec la chute de la monarchie l’année suivante, la situation s’est encore aggravée. A cette époque, connue sous le nom de “Terreur”, le gouvernement était constitué par un pouvoir exécutif et la commune de Paris. Robespierre et les Montagnards créent un conflit politique intense contre les ennemis de la république. A la Conciergerie, la pire et la plus redoutée des prisons de la révolution, les procès individuels ont été remplacés par des procès collectifs, puis complètement éliminés. Chaque jour, des dizaines de personnes étaient guillotinées. Cette période se termine en 1795 avec la chute de Robespierre et la dissolution de la cour.

2 Boulevard du Palais, 75001 Paris
Métro : ligne 4, station Cité, lignes 1, 7, 11 et 14, station Châtelet
RER : ligne B et C, station Saint-Michel

http://www.paris-conciergerie.fr/